Nouvelle coalition fédérale - Un vote de confiance n'est pas nécessaire, affirme Kris Peeters © BELGA

"Ceci n'est pas un nouveau gouvernement, même s'il y a d'autres accents", a martelé lundi soir le vice-Premier ministre CD&V Kris Peeters, jugeant qu'un vote de confiance au parlement n'était pas nécessaire.


Selon lui, la coalition Orange bleue "reste dans le cadre de l'accord de gouvernement" de la Suédoise, a-t-il ajouté, interrogé dans l'émission Terzake (Canvas).
"Nous respectons la démocratie et la Constitution" et "nous avons aussi du respect pour l'opposition, y compris la N-VA", a-t-il répété à plusieurs reprises au cours de l'entretien.
Le Premier ministre Charles Michel s'entretiendra mardi avec les chefs de groupe à la Chambre sur la manière de poursuivre le travail, a ajouté M. Peeters. "Quelle est l'alternative ? Un gouvernement d'affaires courantes ? Des élections ? L'opposition a tout intérêt à ce que des décisions soient prises."
L'annonce par la ministre de l'Asile et la Migration Maggie De Block (Open Vld) de sa volonté de revoir le quota d'une cinquantaine de demandes d'asile par jour est une preuve pour la N-VA de l'existence d'une politique nouvelle. "Mais quand Theo Francken était encore secrétaire d'État en charge de cette compétence, nous avons déjà eu une réunion intercabinets pour voir si ce quota était tenable", a fait observer M. Peeters.
Le chef de file gouvernemental des démocrates chrétiens flamands fait en outre valoir que le travail sur la dégressivité accrue des allocations de chômage n'est pas terminé. La proposition est dans les mains du Premier ministre. Elle pourrait passer par arrêté royal sans nécessité d'une majorité au parlement, fait-il remarquer.