Le départ de la N-VA entraîne une restructuration pour 180 de ses collaborateurs © BELGA

Le départ de la N-VA entraîne une restructuration pour les 180 collaborateurs qui étaient attachés aux cinq cabinets fédéraux gérés par les nationalistes. L'équivalent d'un plan social est prévu, indique le porte-parole Joachim Pohlmann.


Jan Jambon, Theo Francken et Zuhal Demir peuvent reprendre leur siège à la Chambre. Pour Johan Van Overtveldt et Sander Loones, la situation est plus compliquée. Ils étaient élus au parlement européen. L'assemblée ne permet pas de retrouver son siège après l'avoir quitté. Le parti examinera quel peut être leur statut social.

Les collaborateurs de cabinets bénéficieront eux d'une indemnité de licenciement, parce qu'ils travaillaient avec l'équivalent d'un contrat de travail. Certains collaborateurs sont détachés de l'administration ou de la Défense, ils pourront retrouver leur emploi. D'autres seront amenés à chercher un nouvel emploi.

"Nous allons chercher un maximum de solutions mais ce ne sera pas une mince affaire", a indiqué le porte-parole du parti.