Des élections anticipées risqueraient de bloquer le pays pendant un an, avertit Michel © BELGA

Le Premier ministre, Charles Michel, veut éviter des élections fédérales anticipées, a-t-il indiqué sur le plateau de RTL-TVi. Un tel scénario risquerait selon lui de bloquer le pays pendant longtemps puisque le 26 mai auront lieu de toute façon les élections régionales et européennes.


D'un point de vue constitutionnel, M. Michel estime qu'il n'est pas nécessaire de dissoudre les Chambres à la suite de la démission des ministres N-VA du gouvernement.

Le gouvernement "responsable orange-bleue" ne disposera toutefois plus de majorité puisqu'il ne repose plus que sur les sièges du MR, de l'Open Vld et du CD&V à la Chambre, soit 52 sur 150.

"La Constitution indique qu'une majorité au parlement peut demander des élections. Je veux dialoguer avec le parlement. S'il devait y avoir des élections anticipées, si ce devait être le choix de pousser le gouvernement à faire des élections anticipées, voilà une situation qui risquerait bien de bloquer le pays pendant un an. Il est peu probable qu'un gouvernement soit formé avant que les électeurs aient voté quelques mois plus tard au niveau régional et européen", a expliqué M. Michel.

Pour cette raison, le Premier ministre "tend la main au parlement", notamment pour voter les décisions déjà prises au gouvernement, notamment le budget. Il attend de voir quelle attitude prendra la N-VA. "On verra de quelle manière la N-VA qui, au gouvernement, a soutenu les décisions les soutiendra aussi au parlement, ce qui serait un principe de responsabilité, ce qui serait cohérent dans le chef de la N-VA".

Pour répondre aux préoccupations exprimées dans la population en matière de pouvoir d'achat et de climat, le chef du gouvernement attend également de voir quelle sera l'attitude de l'opposition. "Sur ces sujets-là, il peut être proposé d'accentuer, de renforcer certaines initiatives", a-t-il dit.

A son retour de la Conférence de Marrakech, le Premier ministre prendra contact avec les différents groupes parlementaires.