Pour les libéraux et le CD&V, le parlement a été clair et le Premier ministre a répondu © BELGA

Les libéraux et le CD&V estiment que le parlement a été très clair jeudi en demandant au gouvernement d'approuver le pacte sur les migrations et que le Premier ministre y a répondu en indiquant qu'il se rendra lundi à Marrakech. Ils entendent continuer le travail au sein du gouvernement, estimant que si la N-VA dépose un point sur le pacte des migrations à l'ordre du jour du conseil des ministres ou du conseil restreint, il en va de sa responsabilité.


La résolution parlementaire donne "une obligation morale" au gouvernement, a jugé le vice-premier ministre Open Vld Alexander De Croo. "Le parlement a été très clair et le Premier ministre s'est exprimé. A présent, il faut avancer et cesser les opinions divergentes", a-t-il précisé, en arrivant vendredi au conseil des ministres.

Pour le vice-premier ministre MR Didier Reynders également, "il y a une position très claire des groupes parlementaires et une réponse a été donnée par le Premier ministre".

Le chef de file du CD&V Kris Peeters est venu au conseil des ministres pour "travailler". Quarante points figurent à l'ordre du jour, le pacte des migrations n'en fait pas partie. "Si la N-VA souhaite l'ajouter, elle doit amender l'ordre du jour", a-t-il dit. Selon lui aussi, "une majorité des deux tiers s'est exprimée très clairement en faveur du pacte et le Premier ministre a été très clair sur de nombreux éléments, (il peut approuver le pacte à Marrakech) en tant que Premier ministre de ce pays, représentant du régional, de la concertation (intra-belge)".

La N-VA a préféré éviter les caméras. Le vice-premier ministre Jan Jambon et les ministres Johan Van Overtveldt et Sander Loones sont arrivés au 16 rue de la Loi après leurs collègues.

Jeudi, au parlement, le Premier ministre a indiqué qu'il se rendrait lundi à la conférence de Marrakech sur le pacte des migrations, "obligé à titre personnel" par le parlement. Dans la soirée, le parlement a voté une résolution demandant au "gouvernement" d'approuver le pacte. Le point ne figure cependant pas à l'ordre du jour de la réunion de vendredi. Le gouvernement n'a pas non plus prévu à ce stade de se réunir en comité ministériel restreint. Pour changer l'agenda, il faut le faire au "consensus", rappelait-on vendredi.