Le Premier ministre, Charles Michel, a annoncé jeudi devant la Chambre qu'il se rendrait à la conférence de Marrakech où le Pacte de l'ONU sur la migration sera adopté.


L'assemblée votera tout à l'heure une résolution exprimant le soutien du parlement à ce Pacte. "Si ce vote intervient, c'est un signal très fort adressé par ce parlement. Il m'oblige à titre personnel, dans le respect des institutions et de la Constitution", a dit M. Michel.

Le Premier ministre a souligné que la Belgique ne pratiquerait pas la chaise vide à Marrakech mais il a dans le même temps reconnu le problème constitutionnel posé par l'opposition d'un des partis du gouvernement au Pacte.

Selon ce parti, la N-VA, il n'existe en effet pas de consensus au sein du gouvernement pour approuver le Pacte. "Je dois aussi veiller à respecter la Constitution", a souligné le chef du gouvernement.

Devant les incertitudes que laisse planer la réponse, la Chambre a suspendu la séance plénière pour une dizaine de minutes à la demande du PS.