Le chef de groupe N-VA, Peter De Roover, a interpellé jeudi directement le Premier ministre, Charles Michel, pour connaître le message qu'il portera lundi à la conférence de Marrakech sur le Pacte des Nations Unies sur la migration.


Devant la Chambre, les nationalistes flamands ont rappelé leur opposition au Pacte. Malgré un accord donné au cours de réunions internes associant différents cabinets ministériels et administrations, jamais le point n'a été inscrit à l'ordre du jour du conseil des ministres, et celui-ci n'a donc jamais donné son feu vert, a fait remarquer M. De Roover.

"À un moment, il faut une décision politique, et celle-ci n'a jamais été prise", a affirmé le chef de groupe. "Aujourd'hui, ma question s'adresse au Premier ministre, qui répondra au nom de tout le gouvernement: allez vous, lundi, à l'endroit où vous vous trouverez, dire que dans ce gouvernement, il n'y a pas d'unanimité sur le Pacte? Et, dans ce cas où il n'y a pas de consensus, dire que ce pays ne peut, pour cette raison, approuver le Pacte sur la migration?".

L'opposition a exhorté le Premier ministre à répondre sans tarder. M. Michel avait annoncé le 27 septembre, à la tribune des Nations-Unies, que la Belgique approuverait le Pacte. "Pouvez-vous répéter devant le parlement les mots que vous avez tenus devant les Nations Unies?" a demandé Julie Fernandez-Fernandez (PS).

Lundi, le Premier ministre a annoncé qu'il porterait à Marrakech le message du parlement contenu dans une résolution que la Chambre approuvera ce jeudi.

"C'est la position de la Belgique qui doit être exprimée et non celle de la Chambre", a averti la cheffe de groupe cdH, Catherine Fonck. "S'il faut aller à Marrakech simplement pour donner l'avis de 150 parlementaires, c'est le président de la Chambre qui doit y aller".