La commune de Forest dispose depuis mardi peu avant minuit d'un nouveau conseil communal, mais aussi, provisoirement, d'un collège composé d'une majorité d'anciens échevins. Chacune des candidatures d'échevins présentées à l'élection des 37 conseillers qui ont prêté serment mardi soir, après une période de négociations post-électorale à rebondissements, a été rejetée.


Un nouvel acte de présentation de candidats-échevins devra être déposé en disposant du nombre requis de signatures. Le conseil communal devra ensuite être reconvoqué pour une nouvelle élection formelle.
Selon le nouveau bourgmestre de la commune, Stéphane Roberti (Ecolo-Groen), une réunion du collège composé d'échevins sortants -ceux qui ont été réélus au conseil- aura lieu jeudi. Il s'agira de préparer les étapes suivantes dans le bon ordre, à commencer par la convocation d'un conseil communal, sans précipitation, mais en tout cas avant Noël.
La situation peu courante que rencontre cette commune du sud ouest de Bruxelles est liée à la phase de tension politique qui a prévalu au soir des élections du 14 octobre dernier.
Au coude à coude, Ecolo et le PS, partenaires dominants de la majorité depuis 2006, et à ce titre concurrents pour le maïorat n'avaient pu trouver de terrain d'entente.
Sortie renforcée du scrutin, la composante écologiste a immédiatement ouvert des négociations avec deux, et ensuite trois partis: le MR, le cdH et, par la suite, DéFI.
Un premier acte de présentation d'échevins a été signé par les représentants de ces formations.
Mais à quelques jours de la prestation de serment des bourgmestres, écologistes et socialistes ont finalement trouvé un terrain d'entente pour poursuivre ensemble, aux commandes de la commune, forts d'une majorité de 21 sièges sur 37.
Il leur était toutefois impossible légalement de signer un nouvel acte de présentation d'échevins, les Verts ayant déjà signé le premier.
Conséquence: aucun des candidats échevins figurant sur le premier acte signé n'a obtenu de majorité des voix mardi soir.
C'était prévisible, mais ce contretemps n'a pas manqué de faire rugir les premiers partenaires MR, DéFI et cdH, un temps pressentis pour entrer au collège. Ceux-ci ont l'intention d'introduire un recours au Conseil d'Etat contre une manière de procéder qu'ils jugent irrégulière.