Un séjour dans l'espace engendre un impact sur l'anatomie structurelle du cerveau, ressort-il d'une étude internationale menée sur des cosmonautes russes, à laquelle des chercheurs belges ont également participé.


Dix cosmonautes russes ont passé un scanner IRM avant et peu de temps après leur séjour dans l'espace, qui a duré six mois en moyenne. Ils ont ensuite été réexaminés sept mois après leur retour.
"Nous voulions savoir si les cerveaux des cosmonautes avaient changé après un voyage dans l'espace et aussi si des changements seraient visibles des mois plus tard", a déclaré la chercheuse de l'université d'Anvers, Angelique Van Ombergen. "Pour le moment, nous avons examiné la composition, l'anatomie structurelle du cerveau, et nous n'avons pas encore analysé les aspects fonctionnels."
Les scans peu de temps après leur retour de l'espace montrent de nombreux changements dans le cerveau. "La quantité de matière grise, disons les cellules nerveuses de notre cerveau, a diminué dans l'ensemble du cerveau", explique le doctorant Steven Jillings. "Une analyse du liquide céphalo-rachidien, qui prévoit également l'élimination des déchets et assure la protection du cerveau, montre des changements: comme il n'y a pas de gravité sur le cerveau des cosmonautes, donc plus de liquide qui monte à la tête, l'équilibre du liquide céphalo-rachidien est perturbé. Nous observons également cela après le voyage (dans l'espace)."
L'étude IRM réalisée sept mois plus tard prouve que ces changements se poursuivent en partie. En particulier, les conséquences sur le liquide céphalo-rachidien sont toujours présentes des mois plus tard.
Pourquoi cela se produit-il et quelles en sont les conséquences possibles? Les recherches sur ces points se poursuivent. Il peut y avoir un lien avec les problèmes visuels à long terme rencontrés par les astronautes, selon les chercheurs.