Peste porcine africaine: la filière viande se constitue partie civile © BELGA

Les trois membres de l'Agrofront (Boerenbond, Algemeen Boerensyndicaat et Fédération wallonne de l'Agriculture) ainsi que la BFA (Belgian Feed Association) et la Febev (Fédération belge de la Viande) se constituent partie civile dans le dossier de la peste porcine africaine, ont-ils annoncé jeudi par voie de communiqué.

La maladie n'a pas encore fait son apparition dans les élevages porcins et il n'y a aucun risque pour la santé publique, mais la présence de la peste porcine africaine en Belgique a "des conséquences économiques considérables pour la filière porcine", soulignent les parties prenantes.

Celles-ci déplorent notamment les difficultés rencontrées à l'exportation depuis le début de l'affaire. "Le secteur de la transformation de la viande est confronté à des stocks croissants qu'il est impossible de commercialiser", ajoutent-elles. La FWA plus particulièrement estime que cette démarche va permettre de soutenir les éleveurs de la zone concernée "qui ont accepté à contrecœur l'abattage de leurs animaux pour protéger l'ensemble du cheptel belge".

"Cette participation à l'action en justice n'est pas uniquement symbolique. En se constituant partie civile ensemble, les organisations ont accès au dossier judiciaire concernant la peste porcine africaine et sont tenues informées du déroulement de l'enquête judiciaire."

La Belgian Feed Association regroupe les fabricants d'aliments composés pour animaux alors que la Febev représente les abattoirs, les ateliers de découpe et les grossistes actifs spécifiquement dans la production de viandes bovines, porcines, ovines et chevalines.