Le satellite Aeolus, dont les équipements ont été testés pendant 50 jours par les spécialistes du centre spatial de Liège (CSL, dépendant de l'ULg), décollera normalement le 21 août prochain en soirée (23h20 heure belge) du port spatial européen de Kourou, en Guyane française. La mission devra permettre de mesurer les vents sur l'ensemble du globe pour le compte de l'Agence spatiale européenne (European Space Agency, ESA).

Le satellite Aeolus est équipé d'un instrument comprenant deux lasers de haute précision baptisé Aladin (Atmospheric Laser Doppler Instrument), lequel sondera les basses couches de l'atmosphère terrestre (jusqu'à 30 km d'altitude) afin de réaliser une cartographie des vents sur toute la surface de la Terre.

Les informations ainsi récoltées permettront "non seulement un sérieux bon en avant dans les prévisions météorologiques, mais contribueront également à la recherche climatique à long terme", indique vendredi le centre spatial de Liège dans un communiqué.

"Certes, nos prévisions météorologiques quotidiennes comportent déjà des informations sur les vents, mais les mesures directes sont trop parcellaires. Or, les scientifiques et les météorologues ont besoin d'obtenir des données précises à intervalles réguliers sur les vents pour comprendre les systèmes qui influent sur le temps et le climat et améliorer leurs prévisions. Aeolus sera le premier satellite à leur fournir ces informations", détaille le communiqué.

Aeolus et son instrumentation à technologie laser ont passé une batterie d'essais au centre spatial de Liège. De nombreux moyens logistiques y ont été déployés afin de reproduire les conditions de l'espace. Au total, l'engin a été testé sous vide 50 jours d'affilée, 7j/7, 24H/24. Le satellite Aeolus est désormais prêt pour le grand départ. Il devrait être lancé à bord d'une fusée Vega mardi 21 août à 23h20.

En l'espace de 50 ans d'activités spatiales, il s'agissait de la deuxième fois que le CSL recevait un satellite complet.