Le mouvement de grève des pilotes de la compagnie irlandaise Ryanair était bien suivi vendredi matin à l'aéroport de Charleroi, a indiqué un représentant de la CNE, Didier Lebbe.

Les syndicats avaient organisé un sit-in à l'aéroport carolo. Une trentaine de pilotes y ont participé. Ils levaient le camp peu avant midi. Aucun avion Ryanair n'a quitté le tarmac, a confirmé M. Lebbe.

Les passagers concernés par les suppressions de vols ont vraisemblablement été bien informés car seuls quelques clients de Ryanair se sont présentés vendredi matin. "C'était un nombre anecdotique par rapport au nombre de passagers réellement touchés", a indiqué un porte-parole de l'aéroport.

Les activités des autres compagnies n'étaient pas perturbées par le mouvement des pilotes Ryanair.

Ceux-ci exigent de meilleures conditions de travail et l'application du droit du travail du pays dans lequel ils opèrent. En Belgique, 82 vols ont été supprimés à l'aéroport de Charleroi et 26 à Brussels Airport, touchant 14.000 passagers.

La grève de 24 heures des pilotes de la compagnie à bas coûts touchait d'autres pays européens. En Suède, quelque 40 pilotes sont partis en grève, selon le syndicat Swedish pilots' union (SPF). Vingt-deux vols au départ et à l'arrivée du pays scandinave ont été annulés.

A Eindhoven (Pays-Bas) par contre, aucun vol n'a été annulé malgré la décision des pilotes néerlandais de ne pas travailler. La compagnie a en effet pris les devants et réquisitionné des pilotes étrangers non grévistes pour remplacer le personnel batave.

Le pays le plus touché par le mouvement était l'Allemagne où 42.000 passagers étaient concernés par les annulations. Les pilotes de la compagnie aérienne se croisaient également les bras en Irlande.