Charles Michel confirme l'objectif des 2% du PIB, mais sans évoquer d'échéance précise © BELGA

La Belgique a confirmé jeudi son engagement d'augmenter progressivement ses dépenses de défense en direction des deux pour cent du PIB réclamés par l'Otan - et avec une insistance renouvelée par le président américain Donald Trump -, mais sans fixer d'échéance, a indiqué le Premier ministre Charles Michel.

"Nous avons à nouveau confirmé nos engagements du Pays de Galles. Cela signifie qu'une direction existe vers les 2%", a-t-il affirmé à la presse à l'issue d'un sommet de l'Otan de deux jours à Bruxelles au cours duquel M. Trump a pressé ses alliés d'accélérer la hausse de leurs budgets militaires.

Mais le Premier ministre s'est refusé à évoquer toute échéance pour la réalisation de cet objectif, en soulignant que la question restera à l'agenda de son gouvernement et qu'elle devra à nouveau être discutée lors de la prochaine législature.

Il n'est selon lui "pas réaliste" d'imaginer qu'en Belgique et dans bien d'autres pays les 2% puissent être atteints "l'an prochain".