Le gouvernement fédéral a dépensé cette année quelque 40 millions d'euros de moins pour la lutte contre la pauvreté que ce qui avait été prévu, affirme la députée socialiste flamande Meryame Kitir vendredi dans les colonnes de Het Belang van Limburg. La secrétaire d'Etat à la Lutte contre la pauvreté Zuhal Demir (N-VA) ne dément pas, mais invoque de longues discussions au sein du gouvernement.

Dans son accord de gouvernement, l'exécutif fédéral s'était engagé à augmenter les dépenses de sécurité sociale et d'assistance sociale au seuil de pauvreté européen (1.150 euros). Pour 2018, une première tranche de 100 millions d'euros avait été fixée.

Mais selon la Cour des comptes, le conseil des ministres a fait état le 30 mars dernier d'une économie de 62 millions d'euros, dont 40 millions d'euros proviennent de la lutte contre la pauvreté.

D'après Zuhal Demir, un accord n'a pu être atteint au sein du gouvernement fédéral que le mois dernier concernant les destinataires des fonds. C'est pourquoi les prestations seront augmentées à compter du 1er juillet prochain, de sorte qu'une demi-année de dépenses (40 millions d'euros) a pu être économisée.