Paul Magnette: "qu'est-ce qui distingue encore Theo Francken du Vlaams Belang?" © BELGA

Dans une interview accordée à La Libre et à la Dernière Heure, mercredi, le bourgmestre de Charleroi et ex-ministre-président wallon Paul Magnette dénonce le rétrécissement de la frontière entre l'idéologie xénophobe du Vlaams Belang et une N-VA nationaliste. Le parti du secrétaire d'Etat à l'Asile et à la Migration Theo Francken "flirte avec des opinions racistes", selon lui.

"La distinction entre la N-VA nationaliste, mais pas xénophobe ni raciste, et le Vlaams Belang, a pratiquement disparu", affirme Paul Magnette. "Aujourd'hui, quand on additionne tous les écarts de M. Francken, qu'est-ce qui le distingue du Vlaams Belang? C'est presque impossible à dire. Et il est clairement soutenu par son parti."

La gauche n'a jamais plaidé pour l'ouverture des frontières, "contrairement à ce que la N-VA essaye de faire croire", souligne le socialiste. "Nous avons toujours dit que l'immigration devait se réguler."

D'ailleurs, le nombre de réfugiés entrés sur le territoire sous Francken est plus important que sous le gouvernement précédent (le gouvernement Di Rupo, NDLR), dit-il.

"Theo Francken est embarrassé. Comme son action ne correspond pas à son discours, il durcit de plus en plus le ton. (Sa politique est plus restrictive) par les injonctions qu'il donne, mais ne conduit pas à moins d'entrées sur le territoire. Il crée donc des écrans de fumée avec des déclarations scandaleuses."

La prise de position de Paul Magnette entre en résonance avec celle du secrétaire général des mutualités socialistes Jean-Pascal Labille, interrogé par L'Echo: "Le secrétaire d'Etat Theo Francken est clairement de l'extrême droite", selon lui.