La ministre bruxelloise de l'Environnement Céline Fremault et son homologue flamand en charge de la Mobilité et du Bien-être animal Ben Weyts ont inauguré dimanche le nouvel écoduc de Groenendael, qui permet aux animaux de la Forêt de Soignes, morcelée par le Ring, de traverser en sécurité.

Ce pont, dont le coût s'est élevé à 6,6 millions d'euros, se distingue par sa largeur de soixante mètres, bordé de haies et de végétation indigène. Ces derniers mois, plus de 10.000 arbustes et arbres ont été plantés, établissant une connexion naturelle entre le pont et le paysage qui l'entoure, souligne Bruxelles Environnement dans un communiqué.

"Les animaux sont guidés vers un passage sécurisé. Les chauffeurs ne seront plus forcés de faire des manœuvres dangereuses afin de contourner un animal qui tente de traverser", s'est réjoui Ben Weyts.

L'écoduc vient s'ajouter à d'autres infrastructures visant à protéger les animaux, dont un pont entre les arbres, des écotunnels et une clôture à faune de 25 km servant à relier les différentes parties de la forêt.

"Les trois Régions ont développé ensemble la vision du 'Schéma de structure' de la forêt de Soignes. A terme, notre objectif commun est d'aménager des portes d'entrée à la forêt pour y accueillir les visiteurs. Mais aussi de reconnecter et d'intégrer la forêt dans un réseau écologique plus vaste", a affirmé Céline Fremault.

Les ministres, accompagnés par l'administratrice générale de l'Agence flamande pour la nature et les forêts (Agentschap voor Natuur en Bos), Marleen Evenepoel, ont également dévoilé une œuvre d'art naturelle, implantée sur l'écoduc. Tout comme le graffiti sous le pont et le texte "Ecoduct Groenendaal" en lettres géantes, elle a pour objectif d'informer les usagers de la route sur le rôle de l'écoduc.