Le tribunal correctionnel du Brabant wallon a condamné mercredi Nathan W., un habitant de Lasne né en 1994, à trente mois d'emprisonnement ferme. Le prévenu, qui a de multiples antécédents judiciaires, a tendu un piège à un livreur de sushis, le 14 août 2017 dans un chemin isolé de Lasne. Il a menacé la victime avec une arme de poing, tirant deux coups de feu en l'air, pour l'obliger à donner son portefeuille, son argent et son GSM. Le livreur, un étudiant qui arrondissait ses fins de mois en travaillant, a été fortement traumatisé.

Pour retrouver l'auteur de cette violente agression - la victime s'est retrouvée avec le canon de l'arme collé sur la tempe -, les enquêteurs se sont penchés sur le numéro de téléphone à partir duquel la commande de sushis avait été passée. Ils sont ainsi remontés jusqu'à un jeune homme qui n'avait rien à voir dans le dossier, mais dont l'identité avait été usurpée par Nathan W. pour conclure un contrat de téléphonie.
Ce qui fait que le prévenu, en plus d'être poursuivi pour vol avec violence, devait aussi s'expliquer sur des préventions de faux en écriture et de port public d'un faux nom. Nathan W, devant le tribunal, avait affirmé qu'il avait besoin d'aide, et qu'il se rendait compte qu'il gâchait systématiquement les chances que la justice lui a déjà données par le passé.
Il sous-entendait un problème mental, que le tribunal écarte dans le jugement rendu mercredi. Pour déterminer la hauteur de la peine à infliger, la justice mentionne plutôt la froideur et la détermination du prévenu, la gravité des faits, le risque de récidive pointé par les experts, et l'ancrage de Nathan W. dans la délinquance.