"Ce n'est pas un hasard qu'une semaine avant ce procès arrive l'information selon laquelle la ceinture de Salah Abdeslam était défectueuse", a affirmé jeudi Me Sven Mary, avocat de Salah Abdeslam, devant le tribunal correctionnel de Bruxelles. Salah Abdeslam et Sofien Ayari sont prévenus devant le tribunal pour tentative de meurtre dans un contexte terroriste et pour possession illégale d'armes à feu, à la suite de la fusillade de la rue du Dries à Forest le 15 mars 2016.

"Ce procès a été pollué, je pèse mes mots, par tout ce que vous avez vu, lu, entendu sur Salah Abdeslam, avant même que celui-ci ne soit attrapé", a avancé Me Mary à l'attention des juges.

"Et ce n'est pas un hasard qu'une semaine avant ce procès arrive de Paris l'information selon laquelle la ceinture de Salah Abdeslam était défectueuse", a ajouté le pénaliste.

"Ce serait hypothétique de dire qu'il n'y a rien eu avant le 15 mars 2016 bien sûr, mais vous n'êtes pas là pour juger de ça aujourd'hui. Néanmoins, la folie médiatique, sociale, sécuritaire qui entoure ce procès pourrait donner l'impression du contraire. Mais Salah Abdeslam lui-même ne vous demande rien de moins que cela, lorsqu'il vous dit de ne vous baser que sur les preuves scientifiques", a-t-il poursuivi.

"Jugez Salah Abdeslam comme vous jugeriez Dupont. Vous devez vous extraire de tout ce qui ne sort pas des cartons", a dit Me Mary. Pour l'avocat, il aurait même été plus logique de juger ces faits relatifs à la fusillade rue du Dries après le procès des attentats de Paris, voire de juger ces faits en France comme une continuité des attentats de Paris.