"Je pense que je peux impacter le sort de Salah Abdeslam", pense Sven Mary © BELGA

Me Sven Mary, conseil de Salah Abdeslam, a entamé jeudi vers 13h40 sa plaidoirie devant le tribunal correctionnel de Bruxelles. L'avocat pense pouvoir "impacter le sort" de son client, a-t-il indiqué d'emblée.

"Pourquoi encore plaider?", a interrogé Me Mary. "Pour satisfaire mon égo que certains disent surdimensionné? Pour ne pas mettre à la poubelle le travail que nous avons accompli pendant les vacances de Noël? Pour faire son intéressant? Salah Abdeslam a dit qu'Allah était son seul juge et qu'il n'avait pas peur ni de vous, ni de votre sanction madame la présidente. A quoi bon défendre celui qui a accepté de l'au-delà la peine qu'on ne lui a pas encore infligée?"

Pour Sven Mary, Salah Abdeslam attend son sort à la manière d'un "stoïcien". "Je pense que son sort, je peux l'impacter. Beaucoup de choses doivent être dites, sur le droit et sur les faits. A la différence de Salah Abdeslam, j'accepte votre autorité et la respecte. Elle est le rempart contre la barbarie. La procèdure doit être respectée même si elle est dure."

"Quel est le but de l'Etat islamique? Nous ramener à l'état sauvage. Si on se permet de ne pas respecter la procédure, peu importe la vox populi, c'est donner raison à ceux qui veulent détruire l'Etat de droit." Me Mary pressent également que les conclusions qu'il va énoncer "vont être inaudibles pour la rue".

Salah Abdeslam et Soufien Ayari. sont prévenus devant le tribunal correctionnel de Bruxelles pour tentative de meurtre dans un contexte terroriste et pour possession illégale d'armes à feu, à la suite de la fusillade de la rue du Dries à Forest, le 15 mars 2016.