Bruxelles

Aujourd'hui
  • 13°
  • 13%
  • SSO 25km/h
La météo à 10 jours

Choisissez votre signe

  • belier
  • taureau
  • gemeaux
  • cancer
  • lion
  • vierge
  • balance
  • scorpion
  • sagittaire
  • capricorne
  • verseau
  • poissons

Etudes de médecine - Une vague de blouses blanches déferle chez Maggie De Block

Environ 600 étudiants en médecine francophones, vêtus de blouses blanches, ont manifesté vendredi après-midi sous la pluie et le vent pour réclamer une solution pour la "double cohorte". Deux promotions d'étudiants en médecine seront en effet diplômées en 2018, la durée de leurs études étant passée de 7 à 6 ans en 2012. Devant le cabinet de la ministre de la Santé publique, Maggie De Block, ils ont exprimé leur mécontentement et exigé une place de stage de qualité pour tous.

"Nous sommes les étudiants et nous allons nous battre", ont entonné en chœur les 600 manifestants devant le cabinet de Maggie De Block, à Bruxelles. Ils revendiquent une place de stage de qualité pour l'ensemble de la double cohorte, qui craint d'avoir "étudié pour chômer".

Près de 2.000 étudiants francophones, soit deux promotions, termineront leur formation de base en médecine en 2018. Ils devront ensuite choisir une spécialisation, synonyme de stages, qui peut durer jusqu'à six ans. Un nombre accru de places de stage et de maîtres de stage sera dès lors nécessaire.

Cette situation est connue depuis six ans au moins mais aucune solution n'a encore été dégagée, dénoncent les étudiants. "Nous serons tous touchés", s'exclame Alice, étudiante en 4e année de médecine. "Les assistants ne font déjà pas leur stage dans de bonnes conditions", souligne-t-elle. Une formation de moindre qualité signifiera des soins de santé de moindre qualité, déplorent les étudiants. "Les politiques se moquent de votre santé, pas nous", pouvait-on lire sur une pancarte.

La mobilisation, soutenue par l'Association belge des syndicats médicaux (Absym) et la Fédération des maisons médicales, a été lancée à l'appel de sept organisations étudiantes. Le Bureau des étudiants administrateurs de l'ULB, le Bureau étudiant de la faculté de médecine de l'ULB, l'Assemblée générale des étudiants de Louvain, l'Assemblée générale des étudiants de Woluwé, la Fédération des étudiants de l'ULg, la Fédération des étudiants francophones (Fef) et le Comité universitaire des étudiants en médecine (Cium) ont émis diverses revendications, dont l'augmentation des places de formation et un maintien de sa qualité, une place d'assistanat pour chaque diplômé en 2018 ou un assouplissement des critères de maîtres de stages.

Ils ont souhaité en discuter avec la ministre de la Santé publique, qui a refusé de les rencontrer. "Un représentant de la ministre nous a expliqué qu'elle n'avait rien à nous dire", raconte Nicolas Pierre, de l'Assemblée générale des étudiants de Woluwé, qui s'indigne de ce refus du dialogue.
Cet article me rend ...
  • 0
  • 3
  • 0
  • 1
  • 2