Bruxelles

Aujourd'hui
  • 14°
  • 5%
  • E 3km/h
La météo à 10 jours

Choisissez votre signe

  • belier
  • taureau
  • gemeaux
  • cancer
  • lion
  • vierge
  • balance
  • scorpion
  • sagittaire
  • capricorne
  • verseau
  • poissons

Le ministre chinois de l'Agriculture visite une ferme en Hesbaye

Le ministre chinois de l'Agriculture, Han Changfu, a visité jeudi la ferme Devillers à Ligney (Waremme) en compagnie de son homologue belge, Willy Borsus.

A l'heure où les éleveurs wallons rencontrent de nombreuses difficultés, notamment à cause de la crise des prix qui touche leur secteur, la Chine représente un marché intéressant pour les viandes nobles.

"Il s'agit d'un circuit fermé où il y a une traçabilité parfaite", indique Marie-Laurence Semaille, agronome. "Les animaux naissent ici et quittent l'exploitation pour l'abattoir. Ils ne mangent que de la nourriture produite ici. Cette journée est une opportunité pour les producteurs de viande noble au moment où ils voient la consommation du steak blanc bleu belge diminuer au profit du hachis, du hamburger et des plats préparés", regrette cette agronome de la Fédération Wallonne de l'Agriculture (FWA).

Lors de la visite, le ministre Han Changfu s'est montré particulièrement attentif à la traçabilité de la viande. "Les Chinois veulent toutes les garanties sanitaires", déclare Willy Borsus. "Nous ne sommes qu'au début du processus de négociation. Il est nécessaire d'établir une relation de confiance et cela prend du temps. Il a fallu plusieurs années pour ouvrir le marché du porc qui ne s'est concrétisé que l'année dernière. La Chine, c'est 1,4 milliard d'habitants, donc un marché potentiel énorme", ajoute-t-il.

Willy Borsus précise encore que des négociations avec la Chine sont en cours sur d'autres dossiers concernant la viande bovine, la viande de volaille, le sperme bovin, les aliments pour animaux et les légumes.

Cet article me rend ...

  • 1
  • 6
  • 0
  • 0
  • 0

A lire également

Plus de news

Dossiers

Plus de dossiers