Bruxelles

Aujourd'hui
  • 10°
  • 100%
  • OSO 10km/h
La météo à 10 jours

Choisissez votre signe

  • belier
  • taureau
  • gemeaux
  • cancer
  • lion
  • vierge
  • balance
  • scorpion
  • sagittaire
  • capricorne
  • verseau
  • poissons

Les nouvelles technologies à venir dans les voitures

Les constructeurs automobiles rivalisent d'idées et de gadgets électroniques pour améliorer leurs modèles. Des technologies qui servent tout autant au confort qu'à la sécurité. Les voitures du futur seront connectées, autonomes et probablement électriques. Les automobilistes auront aussi de nouvelles demandes. Ce que les constructeurs et des centres de recherche essaient déjà d'anticiper.

Parking valet : la voiture se gare toute seule

Parking valet : la voiture se gare toute seule

Vous avez peut-être déjà vu ou utilisé un système de parking semi-automatique. Il y a mieux encore : le valet de parking automatisé. La voiture ne se contentera pas de vous aider à réussir votre créneau ou votre stationnement en épi. Elle vous déposera à proximité de votre lieu de destination avant de chercher par elle-même une place de parking libre. Elle pourra même payer l'emplacement. Et quand vous en aurez fini, un petit coup de fil et la voiture viendra vous rechercher. Pour réussir à remplacer le voiturier, la voiture utilisera une navigation mise à jour en temps réel pour ne pas se perdre et bien rester sur la route. Son logiciel analysera les données reprises dans un Cloud. Celui-ci tiendra notamment compte de capteurs dans les parkings privés ou publics pour détecter la disponibilité des places. C'est aussi par un système de paiement par Internet que la voiture pourra « prendre » le ticket, puis payer le montant pour sortir du parking.

Hologrammes et gestes : les commandes du futur

Hologrammes et gestes : les commandes du futur

BMW a introduit la commande par gestes dans la Série 7 et la Série 5. Mais cela pourrait aller plus loin encore. La marque imagine déjà des hologrammes dans le cockpit. BMW a présenté, au salon de Las Vegas en 2016, un concept d'intérieur futuriste où les commandes sont gérées par des hologrammes. Des images sont projetées autour du conducteur. Et lorsqu'il touche l'un de ces éléments virtuels, cela revient à appuyer sur un bouton. Cette technologie HoloActive Touch a quelques points communs avec les commandes gestuelles Air Touch déjà commercialisées. Celles-ci utilisent aussi une caméra détectant les mouvements de la main et des doigts. Ainsi, le logiciel pourrait savoir où se trouve(nt) les doigts ou la main ayant activé le logo holographique en projection. BMW précise que le système est même capable d'envoyer des vibrations lorsque l'on « touche » un bouton projeté. Le conducteur saura ainsi que la commande a été acceptée. Mais le constructeur ne donne pas d'indications sur la méthode utilisée pour ce retour « haptique » virtuel.

Docteur virtuel à bord : santé et sécurité

Docteur virtuel à bord : santé et sécurité

Des capteurs dans les sièges et sur le volant ainsi qu'une caméra surveilleront le conducteur pour lui faire un bilan de santé. Ces données seront utilisées pour le prévenir ou pour éviter un accident. Si la voiture est capable de mesurer la tension artérielle ou le rythme cardiaque, tout en suivant les réactions de la pupille, ce n'est pas vraiment pour jouer au docteur. Elle peut utiliser tout cela pour prévenir tout problème d'assoupissement ou de perte de connaissance. Et ainsi éviter le crash. Les systèmes actuels de surveillance de vigilance sont un premier pas. Ils tiennent notamment compte de la préhension du volant et des changements de voie intempestifs. La prochaine étape est carrément celle de déterminer le niveau de stress du conducteur. La voiture pourra ainsi lui proposer une ambiance musicale et lumineuse apaisante, voire d'arrêter de conduire. Et puis, lorsque l'automobile sera capable d'anticiper les malaises, elle pourra prendre le relais en mode autonome et même appeler les secours. Voire conduire son occupant directement aux urgences.

Internet des Objets : la voiture dans le Cloud

Internet des Objets : la voiture dans le Cloud

L'Internet des objets (IoT ou IdO) a été omniprésent au salon du mobile de Barcelone MWC en 2017. Ces technologies connectées transforment la voiture en « 3e espace de vie » en communiquant avec la maison. Dès l'alarme au réveil, les différents objets connectés et reliés par un Cloud vont épauler le conducteur. Le miroir actif avec affichage de l'heure et des infos pourra donner le moment de départ optimal en tenant compte de l'infotrafic. Pendant ce temps, le café sera préparé au bon moment et la climatisation de la voiture préparera l'habitacle à la bonne température. Elle pourra même dégivrer son pare-brise. Ensuite, une fois installé dans le cockpit, le conducteur pourra continuer à écouter la même musique ou la même radio que chez lui. L'IdO a également des vertus sécuritaires en permettant à la voiture de dialoguer avec la signalisation et les autres véhicules et d'éviter les mauvaises surprises et les erreurs de conduite. Il rend aussi des services au conducteur en étant au courant du moindre incident, de chaque ralentissement... et des horaires des transports en commun. Ainsi, l'automobile peut conseiller de se stationner et de continuer en métro vu la circulation et les rendez-vous sur l'agenda synchronisé du smartphone.

L'eau ionique : carburant du futur

L'eau ionique : carburant du futur

A priori, les moteurs seront quasi tous électriques dans 25 ans. Pourtant, il ne faudra pas nécessairement brancher sa voiture dans la prise. D'autres solutions sont envisagées. Vont-elles se concrétiser ? La pile à combustible alimentée par hydrogène est déjà sur le marché. La Toyota Mirai et la Huyndai ix35 FECV sont en vente chez nous alors qu'il n'y a qu'une seule pompe, à Zaventem. Honda vend également la Clarity sur d'autres marchés. Et plusieurs constructeurs continuent de tester cette solution dans les pays mieux équipés en stations H2 comme la Norvège ou certains États américains. Pourtant, la fabrication d'hydrogène fait grincer les dents des écologistes. Dès lors, certains se sont mis à rêver de la voiture « à eau ». Une entreprise du Liechtenstein, NanoFlowcell, présente depuis 2013 des prototypes roulant avec des liquides ioniques. Il s'agit de fluides comprenant de l'eau « salée ». Leur rencontre sur une membrane de contact crée un courant électrique pour alimenter le moteur. Quand les réservoirs sont vides, il suffit de faire le plein. Ce « carburant » rendrait donc la voiture électrique aussi simple à utiliser qu'un modèle à moteur thermique, tout en réduisant la pollution.