De plus en plus de constructeurs automobiles étudient la possibilité d'accéder à l'habitacle de sa voiture et de la démarrer grâce à nos empreintes digitales. Hyundai devrait commercialiser cette technologie très prochainement sur son Santa Fe.


Les bonnes vieilles clés de bagnole vivent sans doute leurs dernières années. Depuis un certain temps déjà, elles sont remplacées par des cartes ou des boîtiers «mains libres» (dans lesquels se trouvent pourtant souvent une clé physique) qui déverrouillent automatiquement les serrures et le démarreur. Depuis peu, on peut se servir de son smartphone (et d'une application spécifique) en guise de clé.

Mais tous ces dispositifs posent aussi problème, notamment en matière de piratage, et donc de vol. Pour renforcer la sécurité, nombre de sociétés (comme par exemple Synaptics, mais aussi les constructeurs automobiles) développent la reconnaissance par empreinte digitale.

Les capteurs utilisés au niveau des portes et du démarreur de l'auto seraient très évolués, en tout cas bien plus que ceux utilisés, par exemple, sur nos smartphones.

Parallèlement aux empreintes digitales, les spécialistes étudient d'autres solutions de reconnaissance biométrique, comme celles de l'iris (yeux) et de la morphologie du visage.

Hyundai fait partie des pionniers en la matière et devrait commercialiser la technologie de déverrouillage par empreinte digitale prochainement sur son SUV Santa Fe vendu en Chine. Rien n'est officiellement prévu pour l'Europe à l'heure d'écrire ces lignes.