Dakar 2019: une 5e étape écourtée par le brouillard vendredi © BELGA

La 5e étape du Dakar a vu vendredi les victoires du Français Sebastien Loeb en auto et du Britannique Sam Sunderland en motos, mais le brouillard est venu s'inviter sur le plateau avec des classements neutralisés en autos et camions. Samedi marque la première journée de repos du rallye raid, à Arequipa au Pérou.


En moto, Sam Sunderland (KTM) s'est imposé au terme d'une spéciale tranquille où personne n'a voulu prendre de risques. Ricky Brabec conserve la tête au classement général, mais l'Américain (Honda) ne compte désormais plus qu'une minute (59 secondes) d'avance sur Sunderland. Le Chilien Pablo Quintanilla (Husqvarna) est 3e à 2:52.

La journée a été marquée par l'abandon du Portugais Paulo Gonçalves (Honda), 8e au général, victime d'une chute au km155. "Souffrant d'un traumatisme crânien et d'une blessure à la main droite, il a été contraint au 5e abandon de sa carrière sur le Dakar en 12 participations", précise le communiqué. C'est le deuxième abandon de marque chez Honda après celui de l'Espagnol Joan Barreda, vainqueur de la 1re étape.

En camion, la victoire est revenue au Russe Eduard Nikolaev (Kamaz), pour la troisième fois sur ce Dakar alors que son compatriote Andrey Karginov, victorieux des deux précédentes spéciales et deuxième au général, a été exclu de la course pour "non assistance à personne en danger", alors que son Kamaz a heurté un spectateur, victime d'une fracture du fémur.

Les classements en autos et camions ont été neutralisés en raison des mauvaises conditions météos marquant la fin de la spéciale. Le brouillard réduisait la visibilité à néant et l'arrivée a été jugée plus en amont que prévu dans le parcours.

Tom Colsoul, co-équipier du Polonais Jakub Przygonski, 5e de l'étape, était ainsi toujours 4e au classement général provisoire à 38:12 du Qatari Nasser Al-Attiyah (Toyota), mais talonné désormais par Loeb revenu à la 5e place à 40 minutes du leader de l'écurie Overdrive Racing de Jean-Marc Fortin et à moins de deux minutes donc du duo belgo-polonais.

"Ce fut une très longue étape, éprouvante", a commenté Tom Colsoul. "Nous avons un peu adapté notre tactique des premiers jours. Un bon tempo sans prendre de risques. Ce qu'on fait les trois premiers au général. Quand je vois comment Nani (Roma) a pris des risques, je pense que nous avons bien fait parce qu'au final, nous sommes à peu près dans le même temps. Le point négatif de la journée est que nous avons bouffé de la poussière dans le sillage de Nani. La dernière partie de l'étape était abominable avec un épais brouillard dans les dunes. On ne voyait même pas sa main devant les yeux. A la moindre faute, l'on pouvait basculer".

"Seb (Loeb) n'a rien à perdre", argumentait de son côté Al-Attiyah. "Il doit attaquer pour refaire son retard. Moi, je dois contrôler Stéphane (Peterhansel) qui est actuellement mon plus sérieux adversaire (ndlr: 2e à 24:42.). On a donc fait du bon aujourd'hui puisqu'on a augmenté notre avance. Je suis très content, la voiture et les pneus fonctionnent bien. La fin de l'étape était cauchemardesque avec tout ce fesh-fesh, mais Matthieu a fait du bon boulot".

Le Dakar reprendra la route dimanche pour un tronçon prévu en sens inverse vers Lima entre Arquipa et San Juan de Marcona sur 502 km dont 336 de spéciale. C'est l'étape la plus longue de cette 41e édition.