Inauguré il y a cinq ans, le giga-parc de panneaux photovoltaïques de l'usine Seat de Martorell, près de Barcelone, est une réussite d'un point de vue énergétique. Et un exemple pour nombre de constructeurs automobiles.

L'Espagne profite de 2500 à 3000 heures de soleil par an, un atout pour Seat qui il y a 5 ans lançait son projet "Seat al Sol", un parc de panneaux photovoltaïques de quelque 276.000 mètre-carré, soit l'équivalent d'une quarantaine de terrains de football répartis sur les toits de l'usine et ceux de la zone d'entreposage des véhicules finis.

Depuis sa mise en fonction en 2013, ce parc a dégagé 112 millions de kWh, soit suffisamment de courant pour recharger 3 millions de téléphones portables par jour et pendant toute une année. Aujourd'hui, en vitesse de croisière, le système fourni 17 millions de kWh par an, soit de quoi subvenir aux besoins en électricité d'une ville de 15.000 habitants.

Cette électricité est bien sûr réutilisée par l'usine et couvre 6% des besoins énergétiques totaux de l'usine Seat. En nombre de voitures, cette "réserve" a permis la création de 67.000 voitures depuis sa mise en service. Par rapport à 2010, l'usine a ainsi divisé sa production de CO2, sa consommation d'eau et sa création de déchets par deux. Ultramodernes, ces installations sont entretenues avec soin. Un drone survole le parc des panneaux et son détecteur de chaleur repère les panneaux défectueux. Seat a investi 17 millions d'euros dans ce projet.