Le gouvernement australien a approuvé un projet controversé de mine d'uranium, rapporte vendredi la presse locale. La décision a été prise la veille de l'appel aux urnes et gardée secrète pendant deux semaines jusqu'à un congé officiel.


Le projet de mine d'uranium Yeelirrie, à 500 kilomètres au nord de Kalgoorie, en Australie occidentale, est combattu par les propriétaires traditionnels aborigènes ainsi que des groupes de défense de l'environnement et antinucléaires.
La ministre australienne de l'Environnement Melisa Price, ancienne avocate de l'industrie minière, a pourtant donné son feu vert à ce projet colossal la veille de l'entrée du gouvernement en affaires courantes en vue de la tenue d'élections le 18 mai.
La décision n'a été rendue publique que deux semaines plus tard, lorsqu'un document a été publié sur le site internet du ministère de l'Environnement, alors que l'attention était focalisée sur les festivités à l'occasion de l'Anzac Day, a révélé vendredi la chaîne ABC.
La compagnie canadienne Cameco, le plus important producteur d'uranium au monde, vise à développer la mine, qui couvrirait une zone de 9 km de long et 1,5 km de large.
Pour être concrétisé, le projet nécessite également un feu vert de l'état concerné. Décision - positive également - que les propriétaires traditionnels de la communauté Tjiwarl ont portée devant la Cour Suprême, craignant une destruction des sols et de la nappe phréatique.