Des eaux plus chaudes derrière l'échouage de baleines en Nouvelle-Zélande © BELGA

La hausse des températures causée par le phénomène El Nino pourraît être responsable d'une série d'échouage de baleines sur les côtes néo-zélandaises, affirme un expert des sciences marines. Plus de 200 baleines sont mortes au cours des dix derniers jours sur les plages du pays du sud-ouest de l'océan Pacifique.


Des eaux de surface plus chaudes modifient le mouvement des proies, ce qui se répercute sur leurs prédateurs, a affirmé la spécialiste des mammifères marins Karen Stockin dimanche soir sur Radio New Zealand.
El Nino se produit toutes les quelques années et provoque des fluctuations des températures en surface des océans dans le Pacifique.
Plus de 145 globicéphales se sont échoués sur une plage isolée de l'île Stewart le 24 novembre, tandis que 12 baleines pygmées ont péri quatre jours plus tard sur une plage de l'île du Nord de la Nouvelle-Zélande.
Vendredi, ce sont 90 globicéphales qui se sont échoués dans les îles Chatham. Entre 30 et 40 d'entre elles ont pu retourner à la mer, mais 51 sont morts.
Il y a également eu un nombre sans précédent d'observations de baleines bleues dans le golfe de Hauraki au large de l'île du Nord.
Les échouages de cétacés sont relativement fréquents en Nouvelle-Zélande, le département responsable de la conservation de la nature intervenant pour environ 85 cas chaque année. La plupart d'entre eux sont des animaux seuls et non des groupes.