Contre le crime organisé et le cyber-harcèlement, RSF récompense quatre journalistes © BELGA

L'ONG Reporters sans frontières (RSF) a récompensé jeudi à Londres quatre journalistes pour leurs enquêtes sur "les cyber-harceleurs, le crime organisé ou les États autoritaires".

La journaliste indienne Swati Chaturvedi a reçu le "Prix du courage" pour son enquête sur les attaques menées en ligne par une cellule du Parti du peuple indien, du Premier ministre Narendra Modi, contre les journalistes.
"Je reçois une douzaine de menaces de mort chaque jour, et quinze à vingt menaces de viol", a-t-elle expliqué à l'AFP. "Malheureusement, l'évolution de la politique dans le monde fait que les journalistes se retrouvent menacés. Il est triste que l'on soit considérée comme courageuse quand on fait seulement son travail".
Journaliste philippine "chevronnée", Inday Espina-Varona a elle reçu le "Prix de l'indépendance" pour ses enquêtes sur la prostitution des mineurs ou les violences faites aux femmes dans son pays.
RSF a également salué son travail d'éducation aux médias. Inday Espina-Varona a développé une campagne de défense des droits des femmes sur les réseaux sociaux, après des commentaires misogynes du président Rodrigo Duterte. "L'indépendance est primordiale pour le journalisme citoyen", a-t-elle réagi. "J'apprends aux jeunes à exercer leur esprit critique, et j'espère que ce prix les inspirera".
Matthew Caruana Galizia, 32 ans, a lui reçu le "Prix de l'impact". Il a travaillé pendant cinq ans pour le Consortium international de journalisme d'investigation (ICIJ) contribuant à six enquêtes majeures du consortium, dont les Offshore Leaks, les Panama Papers, et les Paradise Papers. Il avait déjà reçu un prix Pulitzer en 2017.
"Pour moi, c'est une reconnaissance que nous nous battons pour quelque chose de juste", a-t-il confié à l'AFP. Il a expliqué vouloir "continuer à se battre" pour que justice soit rendue dans l'enquête sur l'assassinat de sa mère, Daphne Caruana Galizia. Elle-même journaliste d'investigation, elle avait été tuée en octobre 2017 par une voiture piégée près de son domicile à Malte.
Carole Cadwalladr, journaliste pour le quotidien britannique The Guardian, s'est elle vue attribuer prix de "l'Esprit de RSF" pour avoir révélé le rôle de la société Cambridge Analytica dans les campagnes ayant abouti à l'élection du président américain Donald Trump et au vote du Brexit au Royaume-Uni.
Christophe Deloire, secrétaire général de RSF, a salué le travail des journalistes primés et de l'ensemble des 12 nominés, qui "luttent contre des forces qui convergent pour affaiblir l'indépendance du journalisme, que ce soit les cyber-harceleurs, le crime organisé ou les États autoritaires".
Selon RSF, 63 journalistes, 11 "journaliste-citoyens" et quatre assistants ont été tué en 2018, dont Jamal Khashoggi, contributeur du Washington Post, assassiné à l'intérieur du consulat saoudien à Istanbul par une équipe envoyée de Riyad le 2 octobre.